[RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Keltica21 le Mar 23 Fév 2010 - 12:14

Devant la porte de la salle, Keltica ralentit enfin ; elle étant en retard et s'e voulait énormément. Mais elle s'en voulut encore plus quand, une fois entrée, elle constata que Pto avait déjà reçu son annoblissement, et se maudit pour sa bêtise. Les lèvres serrées, pâle pour retenir sa colère contre elle-même, Keltica s'assit au fond de la salle, se fit toute petite pour se faire oublier.

Keltica21

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 23/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Ingeburge le Mar 23 Fév 2010 - 20:56

Theudbald ne vint pas sur le moment. Fort heureusement pour la maîtresse des lieux et pour la suite de la cérémonie, tout ceci était parfaitement justifié, le Nivernais ne pouvant, ne devant, se présenter à elle harnaché comme un va-t-en-guerre. En même temps, le duo qu'ils s'apprêtaient à jouer ensemble aurait peut-être plus des airs de duel que de doux badinage, laisser les armes de côté n'était donc peut-être pas des plus conseillés. Attentive, elle le regarda se dépouiller de son équipement, notant qu'elle ne l'avait jamais vu ainsi auparavant. Quand il eut terminé, il vint jusqu'à elle et parvenu à sa hauteur, se mit à genoux.

Durant quelques secondes, elle l'observa sans dire un mot, soutenant le regard légèrement amusé qu'il lui dédiait. Et en dehors de cette lueur qu'elle avait appris à connaître, elle trouva qu'il n'avait franchement pas l'air à la noce avec son teint cireux et cette esquisse de sourire. Il avait pourtant pris ce qui pouvait s'apparenter au coup de l'étrier avant de la rejoindre, elle l'avait bien vu. Vaguement intriguée, elle se décida finalement à prendre les mains qu'il tendait dans les siennes. Immixtio mannum. L'expression la fit légèrement sourire car elle se souvenait fort à propos que le héraut bourguignon se piquait de latin.
Ce fut fugace et revenant au présent, c'est d'une voix assurée qu'elle demanda :

— Theudbald, veux-tu devenir mon homme sans réserve?

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15278
Age : 99
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Theudbald le Mar 23 Fév 2010 - 21:29

Ptolémée était hors de sa vue, peut-être derrière lui. Il n'avait pas eu le temps de voir sa tête. Pensée stupide, probablement, en une telle circonstance. Il aurait tout de même voulu voir sa mine réjouie, ou bien déconfite, lui qui avait déjà prêté serment. Theudbald avait pourtant pris la décision d'accepter de rendre hommage à la duchesse d'Auxerre au moins un mois auparavant, mais il manquait de courage pour passer à l'acte, comme à chaque prêt de serment, effrayé de pouvoir faire une bêtise et empli de doute. Il aurait du jeter un regard vers le nouveau vassal lorsqu'il en avait eu le temps, ça l'aurait peut-être aidé. Ou alors, boire un ou deux verres de vin supplémentaires.

"Baste ! Rendons-le, cet hommage !"
Formule qu'il tenta violemment de s'imposer à l'esprit.
"Avant que Ptolémée se carapate à Cravant pour en déplacer les bornes, au dépend des vergers d'Irancy."

Donc, Theudbald, qui se piquait de latin, ou bien que le latin piquait, prononça la sentence mémorisée lors de l'étude des cérémonies d'octroi, quelques mois plus tôt, alors qu'il n'était que poursuivant d'armes.


Volo.

_________________
avatar
Theudbald
Foutu vassal & maître
Foutu vassal & maître

Nombre de messages : 563
Localisation : Tonnerre, Bourgogne
Date d'inscription : 20/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Ingeburge le Mar 23 Fév 2010 - 22:45

Même si le latiniste chevronné qu'était Bourgogne latinisa sa réponse, le fait est que la Duchesse d'Auxerre s'était attendu à plus de conviction de la part d'un individu qui encore pécore se faisait fort de la chapitrer elle, membre de la haute noblesse, dès qu'il l'estimait nécessaire et ce, que ce soit en public ou en privé. Fort en gueule le Theudbald, voilà ce qu'elle pensait de lui — entre autres choses — et elle ne s'en était jamais réellement formalisée même s'il lui arrivait d'arborer une moue agacée quand il se permettait de lui dire crûment son fait. L'aurait-elle préféré moins direct ou plus compassé? Certainement pas, elle ne l'aurait pas voulu autre et c'est parce qu'il était cela et bien davantage encore qu'elle lui avait proposé de l'anoblir. Et parce qu'elle avait appris à le connaître au fil des mois au gré de leurs discussions et de leurs rencontres, l'environnement qui entourait la réponse qu'il venait d'exprimer ne laissait pas de l'étonner et de la rendre songeuse. Et elle ne pouvait l'interroger, lui demander si quelque chose le chagrinait, interrompre ainsi l'échange même si au fond, elle jugeait cela préférable. Elle en était donc réduite aux conjectures et deux hypothèses supplantaient les autres en son esprit : soit il regrettait son accord et la perspective de se lier à elle et alors il se forçait, conscient de ce que le protocole imposait et de l'impair qu'un refus constituerait, soit alors c'était autre chose sans rapport avec elle et elle espérait vivement que ce soit cet autre chose qu'elle ne parvenait à définir qui représente la vérité. Parce que s'il regrettait et n'en disait rien par égard à l'étiquette ou alors crainte de se voir émasculer en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, ce n'était pas une bonne chose pour elle même si plus tard, elle pourrait se consoler en se disant qu'elle était effrayante au point de terroriser un gueulard. Piètre consolation en vérité, la perplexité de la Prinzessin allait donc en s'accroissant et elle regretta de ne pas s'être envoyé quelques godets d'un quelconque alcool, peu importe lequel tant qu'il fût fort.

Inconsciemment alors, elle resserra la pression de ses doigts autour des mains de celui qui venait pourtant de déclarer vouloir être son homme à s'en faire blanchir les jointures. Voulait-elle lui donner un peu de cette conviction qu'elle possédait, de cette conviction qui avait motivé la proposition qu'elle lui avait faite quelques semaines plus tôt ou alors ne parvenait-elle pas à contrôler le sentiment de circonspection qui allait grandissant en elle? Son visage d'albâtre lui, n'exprimait rien et bien avisé celui qui aurait pu prétendre connaître le débat qui s'agitait en elle; seules ses mains crispées et son regard opalin qui s'était voilé auraient pu trahir son trouble. Et ses yeux étaient plongés dans ceux de Theudbald à qui elle répondit d'une voix plus rauque que d'ordinaire :

— Tu seras donc le mien.

Elle retira prestement ses mains, invitant dans un murmure celui qui était désormais son homme à se relever et elle se dirigea à nouveau vers le coffre où elle avait disposé ce dont elle aurait besoin en vue de ces deux anoblissements préparés avec minutie. Elle s'y rendit comme dans un rêve, l'esprit encore encombré de mille interrogations, de mille suppositions, y prit son livre d'heures qu'elle serra contre sa poitrine, s'accrochant à celui-ci comme une personne en train de se noyer s'agrippe à la main secourable qui se tend. Elle revint ensuite à Theudbald et lui présenta le précieux Livre des Vertus, observant à nouveau ce visage pâle qui lui faisait face. Et se sentant incapable soudain de poser les questions rituelles dont les réponses envisagées et envisageables ne seraient que source d'appréhension supplémentaire, elle dit simplement, passant à son tour au latin :
— Fides.

Le mot avait claqué, peut-être un peu abruptement, mais il n'était que le reflet de ses certitudes. La proposition faite quelques semaines auparavant gardait tout son sens à ses yeux malgré ce qu'elle croyait percevoir. C'est pour cela qu'elle avait besoin d'entendre Theudbald jurer fidélité et qu'elle ne voulait, ne pouvait lui souffler le discours convenu; elle voulait qu'il parle avec ses propres mots et qu'il soit pour sûr et indubitablement son homme de foi.

Fides.

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15278
Age : 99
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Theudbald le Mer 24 Fév 2010 - 10:20

Il reconnaissait le Livre des Vertus. Il ne l'avait jamais lu, mais il en avait entendu citer une grande partie aux messes paroissiales auxquelles il se présentait quand il en avait l'occasion. Il avait aussi déjà posé sa main dessus à quelques reprises pour jurer des trucs à droite, à gauche.
Il posa donc sa paume à plat sur le livre, lentement, car ayant néanmoins conscience de l'importance de ce qu'il allait déclarer.


Moi, Theudbald Malhuys, humble routier bourguignon, vous rends hommage en ce jour.

Ainsi, je vous promets obsequium, le respect et la déférence que, vassal, je devrai à vous, suzeraine.

Je vous promets consilium, de par ma présence en votre cour, dans l'espoir d'y accroître le prestige et le rayonnement d'Auxerre ; et de par mon plaid, l'apport de mes conseils et de mon soutien à votre justice ducale.

En fin, je vous promets auxilium. Je vous devrai le service armé, en vous fournissant lances seigneuriales et en rejoignant votre bannière à votre appel ; en assurant l'escorte de votre grâcieuse et éminente personne, la garde de votre chastel, de vos terres ducales et de vos intérêts en général.
Je serai hélàs piètre vassal, étant conscient que ma charge héraldique puisse limiter mon devoir d'ost. Je serai néanmoins des plus intransigeants dans le respect de ma promesse d'assistance et vous fournirai aide financière et matérielle au moins équivalente en contrepartie. Je vous promets cette même aide en cas de rançonnement de votre personne, et aussi s'il s'agit de défrayer une partie de vos troupes auxerroises, si l'heur venait à ce qu'elles se croisent pour la sainte guerre.

Mes paroles me rappelerai et n'y manquerai, sous peine de parjure et félonie.

_________________
avatar
Theudbald
Foutu vassal & maître
Foutu vassal & maître

Nombre de messages : 563
Localisation : Tonnerre, Bourgogne
Date d'inscription : 20/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Ingeburge le Mer 24 Fév 2010 - 19:11

Il ne semblait pas avoir remarqué son trouble et ce n'était peut-être pas une mauvaise chose. Si jamais il doutait, la voir perplexe ne l'aiderait assurément pas à aller jusqu'au terme. Non, il n'en remarqua rien, il ne semblait d'ailleurs pas la voir et elle ne savait si elle devait s'en sentir contrariée ou non. Contrariée car elle eut le sentiment qu'elle fût là ou pas, cela ne changerait rien; pas contrariée car après tout la cérémonie suivait son cours et plutôt docilement. Elle tâcha donc de refouler les sentiments les plus divers qui montaient en elle, fatras indéfini qu'elle ne préférait pas examiner, ne souhaitant pas accroître son inquiétude.

Son regard se détourna un instant du visage de Theudbald pour se poser sur la main que celui-ci venait de déposer sur le Livre des Vertus; ne se concentrer que sur ce qui allait et ne pas se perdre en hypothèses qui seraient forcément défavorables. Et elle releva la tête quand il prit la parole, s'efforçant de ne pas aller au-delà des mots et de se contenter de prendre ce qu'elle entendait pour ce que le discours signifiait et signifiait seulement. Et si elle avait été quelque peu déroutée par la première réponse de son vis-à-vis, son acte de foi — le mot ne fut pourtant jamais prononcé — calma pour un temps ses étranges alarmes. Elle écouta donc, faisant taire son esprit agité et fit attention à ce qui lui était promis.

Theudbald se tut et à nouveau son regard se porta sur la riche couverture du livre sacré; c'était à elle maintenant de faire connaître son engagement. Elle ne répondit tout de suite, non pas qu'elle doutât, sa résolution était irrémédiablement prise mais elle qui depuis le début ne voyait l'échange que d'un œil inquiet tentait de voir celui-ci sous un jour plus positif.
Et elle inspira profondément, finissant par répondre :

— Moi, Ingeburge, Duchesse d'Auxerre, te reçois en ce jour comme vassal. Je t'accorde en retour protection, m'engageant à te défendre te garantir devant quiconque, qu'il fût de noblesse ou de roture; te promets de te rendre bonne justice; et enfin, m'engage à t'assurer subsistance en faisant tien le fief d'Irancy, tenu et mouvant d'Auxerre, avec ses appartenances et dépendances.

Se taisant, elle se laissa décharger du livre qui fut rangé, pour de bon cette fois, dans le coffret resté ouvert et les présents qu'elle comptait remettre lui furent ensuite mis à disposition.
Débarrassée de l'ouvrage, elle prit Theudbald par les épaules, ses doigts blancs enserrant les épaules recouvertes du tabard azur et argent puis elle ajouta :

— La mort seule pourra défaire ce lien.
Elle pensa à nouveau en latin quand elle s'approcha de son désormais vassal pour sceller l'échange par le baiser de paix. Osculum. Et là encore, elle fit un effort sur elle, répugnant toujours aux contacts humains, quels qu'ils fussent et ce qui dura tout au plus deux secondes lui amena son content de tension. C'était le troisième baiser du genre qu'elle donnait dans son existence et elle espérait ne plus y être contrainte quoiqu'en y pensant bien, le premier d'entre eux lui avait plutôt était imposé que librement consenti. Elle prit sur elle de ne pas grimacer à l'évocation de ce souvenir, l'on aurait pu croire que sa moue était consécutive au contact labial qu'elle venait de donner.

Rompant l'étreinte, elle déposa tout d'abord la couronne seigneuriale sur la tête de Theudbald avant de tendre à ce dernier le pot de grès renfermant un échantillon du sol irancyçois, tout en déclarant :

— Maintenant que tu es mon homme de mains et de bouche, je te fais, par ce don de terre et la remise de la couronne, Seigneur d'Irancy, fief sis en Auxerrois.

Finalement, elle lui présenta une épée*, lame posée à l'horizontale su ses deux paumes ouverts et elle conclut :
— Et reçois cette épée, en gage de mon serment.

Petit coup d'œil furtif au héraut qui ne semblait pas vouloir intervenir, sous peu elle irait de toute façon le réveiller.


----
* Idem, épée qui sera remise IG dès que ce sera possible.

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15278
Age : 99
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Theudbald le Mer 24 Fév 2010 - 20:35

Tout s'enchaîna rapidement.
L'osculum, baiser de paix, fut promptement fait, ce qui déconcerta Theudbald, le temps de quelques battements de coeur. Cela devait donc augurer une paix courte et difficile. Il n'eut que peu de temps pour y songer, car la couronne seigneuriale arriva, suivie du pot de terre.
Il tendit ensuite les paumes vers l'épée, lorsqu'il remarqua ne pas porter les gants de cuir dont il était coutumier. Il attrapa un peu maladroitement la garde et posa la lame sur son bras gauche, évitant de la toucher de ses doigts nus. L'humidité et la graisse naturelle de la peau laissaient des empreintes digitales de rouille sur le fer poli.

Voilà la partie la plus émotionnelle de faite, se dit-il. Restaient donc quarante jours à partir d'aujourd'hui pour se rendre en Irancy, faire le tour du domaine pour en dénombrer chaque bâtiment, chaque bien, chaque ressource, pour ensuite rédiger l'aveu.
Il avait horreur des chiffres et des histoires d'argenteries.

Il se redressa, posant la pointe de l'épée sur le dallage, agrippant le pot de terre de sa main libre et fit une révérence. Il surprit le vif regard de la duchesse en direction de Berry. Ca de même, ça n'augurait pas trop de rejouissement. Et dans un très court terme.

_________________
avatar
Theudbald
Foutu vassal & maître
Foutu vassal & maître

Nombre de messages : 563
Localisation : Tonnerre, Bourgogne
Date d'inscription : 20/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Thomas de Clérel le Jeu 25 Fév 2010 - 0:52

Le héraut berrichon sourit amusé à la remarque de la cardinal sur ses désobligeant confrère, il était vrai que les mœurs impériales paraissaient comme fort peu raffinée d'un point de vue françois et que c'était un sujet de moqueries.

Le Pair de son pupitre écoutait de nouveau les échanges d'une oreille attentive, se demandant tout de même qu'elle pouvait être le fixant la Duchesse d'Auxerre. Puis lorsqu'ils eut finit, il déclara :


Fort bien ! Messires Ptolémée et Bourgogne vous accédez ce jour à la noblesse, en obtenez les privilèges et devez dès à présent vous conformez au vivre noblement.
Quelques instants de silences le temps de chercher quoi dire d'intéressant et qui fasse bien...Portez haut vos couleurs et faites honneur à votre Suzeraine ! Grimace, un peu déçu, ce n'était pas encore parfait. Le Duc se promit intérieurement d'un jour trouver les bon mots qui sonnent bien pour une fin de cérémonie et de les coucher sur parchemin pour pouvoir les ressortir à chaque cérémonie pour le plus grand plaisir de tous, ah hem.

C'est alors qu'il pensa aux fameuses armes que les nouveaux anoblit. Il sortit de son manteau de morceau de parchemin sur lesquelles avaient été dessinés les armes et s'approcha tout d'abord du premier anoblit et déploya le premier à sa vue :


Seigneur de Cravant voici vos armes :




Puis il fit de même avec le second, le fameux Bourgogne, grand défenseur du titre de grand duc d'occident et pourfendeur de héraut languedocien et tourangeaux peu amateur de ce genre de titre :

Seigneur d'Irancy, voila vos armes :



Et enfin il alla se replacer à son pupitre et attendit la Duchesse pour coucher par écrit.
avatar
Thomas de Clérel

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 12/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Ingeburge le Ven 26 Fév 2010 - 20:28

La Duchesse d'Auxerre suivit la remise des armes avec satisfaction : le héraut avait compris son signe oculaire et après tous les affres et tourments qu'elle avait par sa faute traversés, elle était soulagée de ce qu'il entende avec diligence et sens de l'à-propos ce qu'elle se contenta de demander sans un mot. Elle laissa donc le témoin héraldique tout à ses affaires et se rendit derechef vers le pupitre. Là, elle sortit tout d'abord d'une pochette en cuir les vélins enluminés correspondant aux chartes d'octroi. Elle avait déjà scellé celle concernant Ptolémée, il lui restait à présent à se charger de celle relative à Theudbald. De nouveau avec des gestes précis et sûrs, elle prit une chandelle allumée et s'empara ensuite d'un bâtonnet de cire ductile qu'elle fit chauffer à la flamme. Une galette de couleur verte se forma et elle apposa dessus la matrice ogivale en laiton de son sceau. Ses emblème et devise s'incrustèrent et elle retira promptement le lourd objet.

Thomas * était entre temps revenu à ses côtés et ils s'attelèrent à la finalisation des contreseings. Ce ne fut l'affaire que de quelques minutes, les documents étaient déjà prêts, il ne restait plus qu'à apposer les sceaux dessus. Quand tout fut acté et dûment scellé, ils revinrent tous deux vers la cathèdre. Ingeburge y prit place, Thomas se plaçant debout, à sa gauche.
La Duchesse d'Auxerre appela tout d'abord Ptolmée auquel elle fit lecture de sa patente :


Avant de céder la parole à Thomas pour celle du contreseing :


Theudbald fut ensuite appelé et de nouveau Ingeburge fit lecture de la charte d'octroi :

et Thomas, celle du contreseing :


Les précieux documents seraient conservés à Auxerre et des copies ultérieurement faites pour les registres de la Hérauderie de France et ceux de la Hérauderie de Bourgogne seraient envoyées à Paris et Dijon.


----
Je le fais jouer avec son accord.


Dernière édition par Ingeburge le Dim 28 Fév 2010 - 17:10, édité 1 fois

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15278
Age : 99
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Ellesya le Dim 28 Fév 2010 - 12:17

— J'invite Ptolémée à s'avancer au-devant de moi.

Le signal était donné, la cérémonie entrait d'emblée dans le vif du sujet. Ellesya s'installa un peu plus droite, oubliant son étude intéressée de l'assemblée.
En sage spectatrice, férue d'héraldique et de vassalité, toute son attention fut tournée vers l'échange de serment ritualisé. Avec un léger sourire, elle joua à comparer avec les cérémonies qu'elle avait déjà vécu, généralement en tant qu'actrice puisqu'elle fut dame avant de devenir suzeraine lorsqu'elle hérita.
Hormis cet aspect tout académique, ne connaissant guère les impétrants et leurs liens avec sa Marraine, son regard ne s'alluma guère d'autre émotion que la curiosité retenue.
Le second vassal venait d'être intégré à la Maison d'Ingeburge. Les patentes furent remises après lecture.
Tout avait été rondement mené sans accroc visible pour le spectateur. Etait-on vraiment en Bourgogne?
Venait enfin l'instant de délivrance pour l'assemblée-témoin. Celui de quitter leur statique silencieuse.
avatar
Ellesya
La Petite Valkyrie de Tyr
La Petite Valkyrie de Tyr

Nombre de messages : 45
Localisation : Amboise ou Tours ou Rome ou ...
Date d'inscription : 06/03/2009

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP - 25 janvier 1458] Octrois en Auxerrois

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum