[RP] Audience d'Estei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] Audience d'Estei

Message par Ingeburge le Sam 14 Mai 2011 - 18:19

La duchesse d'Auxerre recevait à échéances plus ou moins régulières toute personne désireuse – en particulier les gens du cru – d'obtenir une audience dont les termes et les conditions avaient été fixés par ordonnance ducale prise sous l'orme séculaire le cour intérieure. C'est ainsi que quelques jours par mois, le château intramuros était ouvert à toute une foule de solliciteurs, serfs, commerçants, métayers, paysans, artisans, clercs, illuminés souhaitant interpeler la dame des lieux sur une question ou attirer son attention sur une situation particulière. Ingeburge, dès le début de l'institution de ce système, s'était pliée de bonne grâce à un exercice qu'elle aurait aimé voir plus fréquent. Las, ses obligations l'appelant à Paris tant près la Maison Royale que près la Hérauderie de France avaient considérablement réduit son temps de présence à Auxerre et elle avait été contrainte de décréter l'existence d'audiences sans pouvoir garantir la régularité des entrevues. Il se pouvait donc que d'une session à l'autre, elle n'eût à peine que quelques entretiens pour cause d'avertissement tardif là où ensuite, elle passait toute la journée, du petit matin au crépuscule à écouter doléances, requêtes et remerciements quand la nouvelle de la tenue événement était suffisamment propagée à l'avance. Du reste, si elle n'était pas toujours visible, les personnes sachant écrire ou ayant les moyens d'engager un écrivain public bénéficiaient toujours de la voie épistolaire pour attirer son attention.

En cette journée de mai, ce n'était pas la foule des grands jours qui se pressait, il faut dire que le beau temps aidant, les travaux des champs drainaient nombre d'Auxerrois hors les murs et son retour de Paris datant de la nuit, les crieurs publics n'avaient eu que peu de temps pour faire connaître aux habitants de la cité et à ceux du domaine ducal que la duchesse d'Auxerre était de retour en son castel. Et, ce n'était peut-être pas une affluence colossale mais elle n'en était pas moins exténuée. Son arrivée nocturne et tardive expliquait sa lassitude, mais pas seulement, les deux hommes qui se retiraient à peine de la grande salle venaient s'ajouter à sa fatigue en exposant devant elle et dans un discours à n'en plus finir, une querelle de voisinage. Au début, elle n'avait rien compris, tentant de dépouiller de leur accent les mots qui lui étaient adressés et tâchant, une fois fait, d'en comprendre le sens. Maintenant, elle entendait mieux ce qu'on lui disait mais à son accession au trône auxerrois, il en avait été tout autrement, elle avait été durant toute sa vie, ou presque, bercée par l'accent provençal, et elle demandait toujours à ce qu'on lui parle lentement, aujourd'hui encore. Fatiguée, elle avait dû accomplir plus d'efforts que d'ordinaire pour finalement appréhender le fond de la demande. Il était question d'un troupeau de bovidés et d'une parcelle, le premier allant copieusement se nourrir sur la seconde, le premier et la seconde n'ayant évidemment pas le même propriétaire. En temps normal, Ingeburge aurait rapidement tranché, en faisant appel à un curé et en promettant un dédommagement qui serait déduit des rentes mais là, l'esprit hagard, elle s'était laissée prendre par le flot ininterrompu de paroles et bercée par le rythme impulsé par les deux paysans. L'assoupissement la guettait et il lui fallut la perspective du bain à venir juste après ce rendez-vous qui lui avait été présenté comme étant le dernier pour se reprendre. Ragaillardie par la vision d'un baquet fumant, elle régla le problème, nettement, pas comme d'habitude, mais au moins, ils se turent!

— Vous ne manquerez pas de livrer des morceaux de viande à votre voisin, en compensation car après tous, si vos vaches s'engraissent c'est bien grâce à son fourrage.
La bonne journée à vous.


Impérieuse, elle se leva, signifiant là la fin de la séance et les deux voisins quittèrent, non sans étonnement, la salle. Dans un coin, le secrétaire achevait de consigner les minutes de la conversation, elle pourrait donc se retirer sous peu. Sauf que la double porte de l'Aula Magna s'ouvrit à nouveau, sur un valet, qui vint en substance lui communiquer qu'un autre solliciteur attendait d'être reçu et que celui-ci, ne venait pas pour faire appel à ses arbitrages. Ingeburge fut durant quelques secondes tentée de repousser ce visiteur impromptu, prête à indiquer qu'elle verrait cela demain. L'eau chaude était dans sa tête, elle la sentait déjà sur sa peau excédée... Sauf qu'ouvrir à nouveau demain créerait un appel d'air et verrait cette journée d'ores et déjà dédiée au repos gâchée par une nouvelle session d'audiences. Dans un soupir, elle se résigna :
— Fort bien... mais que l'on s'assure de bien fermer le portail!

Car là, foi d'Ingeburge, ce serait l'ultime entrevue! Fataliste, dans un bruissement délicat de sa houppelande de taffetas noir, elle reprit place dans sa cathèdre, attendant de pied ferme celui qui venait lui gâcher son bon plaisir.

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15329
Age : 100
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Audience d'Estei

Message par Estei le Sam 14 Mai 2011 - 21:06

Le valet revint donc vers le paysan avant de lui montrer l'entrée d'un signe de la main. Estei s'avança prudemment vers le lieu qui lui permettrait enfin de proposer ses services à la Duchesse. A l'instant où il posa le pied dans la salle d'audience, le jeune homme perçut l'irritation sur le visage de la Duchesse. Oui, elle n'était pas dans ses meilleures dispositions aujourd'hui, son agacement rendait mal à l'aise le nouveau venu.
Le serf s'approcha alors fébrilement vers son Altesse, beaucoup moins sûr qu'à son arrivée devant la Tour Gaillarde. Cette fois, il allait s'adresser à celle qui le gouvernait. Et puis, il fallait le dire, cette audience était l'ultime chance pour commencer une nouvelle vie.
Estei fit donc une révérence respectueuse mais hésitante devant la Duchesse. A vrai dire, il ne connaissait pas réellement les bonnes manières, et se demandait s'il était bien venu de se présenter de la sorte. Le jeune homme releva ensuite doucement la tête, sans regarder sa Grâce dans les yeux, peut-être le prendrait-elle mal. Depuis son arrivée, seul le bruit des pas raisonnant sur le sol avait été audibles, et maintenant, un lourd silence s'installait. Que devait-il dire? Comment devait-il se présenter? Que devait-il faire, tout simplement? Estei sentait le stress montait en lui. Il ne devait pas faire perdre son temps à la Duchesse, et pourtant, la peur lui tenait le ventre et l'empêchait de prendre la parole.
Enfin, le paysan repensa au chemin qu'il avait parcouru pour se présenter ici, à la détermination dont il avait fait preuve jusqu'alors, afin de trouver la force et l'assurance de faire part de sa requête à Ingeburge. Oui, il allait oser demander.


Votre Altesse. Tout d'abord, je tiens à vous faire part de mon immense reconnaissance et de ma gratitude pour cette audience que vous avez décidé de m'accorder. Je le sais bien, vous n'avez que peu de temps et je vais essayer d'être bref.
Je m'appelle Estei, et j'ai grandi sur les terres d'Auxerre. Aujourd'hui, je suis un jeune paysan qui exploite seul les terres que votre famille a gracieusement accordé à mes ancêtres et, je dois admettre que je n'ai pas pas le talent de cultivateur que mon père possédait. La terre n'a pas été mise en jachère depuis trop longtemps, elle est devenue infertile. Je viens à vous en ce jour pour vous proposer mes services. Je suis dynamique et plein de bonne volonté. Alors certes, je n'ai que peu de connaissances, mais je ne demande qu'à apprendre. Apprendre, je le fais d'ailleurs très vite. J'aimerais occuper un poste au sein de votre domaine, aussi petit soit-il. J'accepterai ce qui pourra permettre de faciliter votre quotidien ou tout simplement participer au bon fonctionnement de votre Duché. Aujourd'hui, vous êtes un espoir pour moi.


Comme il l'avait promis, le paysan arrêta son explication afin de ne pas retenir trop longtemps la Duchesse qui semblait fatiguée. De toute manière, elle avait sans doute compris l'enjeu capital de sa visite, pour lui au moins. Nerveux, il joignit ses deux mains et fit bouger ses doigts afin d'essayer de se déstresser. Il attendait la réponse de sa Grâce qui pourrait lui redonner confiance en lui, ou au contraire l'obliger à quitter le Duché d'Auxerre pour travailler ou mendier vers d'autres horizons.

Estei

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 10/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Audience d'Estei

Message par Ingeburge le Mer 25 Mai 2011 - 15:13

Assise, très droite, sur le rebord de la cathèdre, mains baguées posées en son giron, la duchesse d'Auxerre observa l'avancée du dernier visiteur du jour de ses yeux morts. Il y avait toujours chez elle une phase durant laquelle elle se contentait d'examiner sans rien dire, surtout quand elle ne connaissait pas la personne qui lu faisait face, et c'est ainsi qu'elle agit à nouveau. Pour autant, cette observation attentive n'était en rien impolie, elle dénotait simplement l'application que mettait toujours Ingeburge à prendre chaque entretien comme s'il était le plus important qu'elle eût jamais mené. C'est donc concentrée et courtoise, malgré cette froideur qui était son apanage, qu'elle suivi des yeux la progression du jeune paysan auxerrois. L'homme était parvenu à une distance convenable, ce qui lui évita de se voir signifier par l'une des personnes présents qu'il était trop proche de la duchesse et celle-ci put donc relever la fébrilité de son hôte, apprécier la qualité de sa révérence et remarquer qu'il prit soin de ne pas la regarder.

Le silence revint une fois l'homme immobilisé et elle ne le brisa pas, toujours en cela fidèle à ses habitudes. La Prinzessin était connue pour son mutisme et sa réserve et elle ne dérogea pas à sa conduite, toute pressée qu'elle fût de pouvoir enfin rejoindre ses appartements. Elle ne dit donc rien, continuant de mettre à profit cette pause pour laisser filer l'irritation qui l'avait gagnée à l'annonce d'une visite tardive et pour fouiller sa mémoire à la recherche du nom de l'homme. Elle ne l'avait jamais vu, elle en arrivait à cette conclusion et elle n'avait pas souvenance de ce que ses gens le lui aient annoncé. Ce fut le jeune paysan lui-même qui finalement la renseigna car celui-ci avait décidé de se lancer, n'attendant pas que la châtelaine s'exprimât ou qu'un des membres de la mesnie l'invitât à le faire. Il y eut comme un mouvement de protestation qu'elle stoppa net en levant légèrement la main, elle était pressée d'en finir, il importait peu que les convenances n'eurent pas été respectées.

Et puis, elle était intéressée. Estei – c'était son nom – n'avait rien du solliciteur venant habituellement à sa rencontre un jour d'audience. En général, on venait à elle pour négocier les banalités, se plaindre d'un voisin, pester après le temps, demander grâce pour un membre de sa famille, se faire parrainer, réclamer des subsides en vue d'un honorable projet. Estei, lui, ne venait pour rien de cela. Certes, il attendait quelque chose d'elle mais rares étaient ceux s'adressant à elle pour solliciter un emploi, de telles demandes étaient portées à l'intendance du domaine ou aux clercs de la paroisse, jamais à la duchesse en personne même si celle-ci avait toujours le dernier mot quant aux questions de recrutement. Oui, elle était vivement intéressée, le paysan ayant livré une information qui n'avait pu qu'éveiller son attention. Sa première question en fut d'ailleurs l'objet :

— Ainsi donc, vous avez grandi sur les terres du duché d'Auxerre... pourriez-vous affirmer que vous connaissez bien la région de l'Auxerrois?

A nouveau le silence, à nouveau une observation appliquée, pour jauger et appréhender l'allure générale. La main gauche de la duchesse se porta à son menton alors que sa tête s'inclinait légèrement sur le côté. Songeuse, elle dévisagea Estei, détailla ensuite sa mise avant de revenir à son visage france. La main reprit sa place et Ingeburge demanda encore :
— Avez-vous reçu de l'instruction? Savez-vous lire et écrire? Vous débrouillez-vous avec les chiffres?
Il n'y eut – pour le moment – pas d'autres questions. La parole était à Estei.

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15329
Age : 100
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Audience d'Estei

Message par Estei le Sam 28 Mai 2011 - 7:11

Lorsqu'il prit la parole pour la première fois, le jeune homme avait entendu les murmures s'élever dans la salle. Il avait largement hésité à le faire, et comprit donc instantanément sa gaffe. Cependant, il aurait été bien plus incorrect de s'interrompre en plein présentation, laissant languir la Duchesse. Par ailleurs, c'était à elle de l'arrêter si elle le souhaitait, et son geste de la main vint réconforter l'avis d'Estei. Ainsi, le jeune homme avait continué d'énoncer la raison pour laquelle il était venu, sans se laisser déstabiliser par l'impolitesse involontaire qu'il avait commise. De cette façon, il espérait simplement que la bourde fut oubliée au plus vite.

Aussi, lorsque le paysan acheva son petit discours, il remarqua qu'il avait réussi à attirer l'attention de son Altesse. Même si cet événement en soi ne garantissait en rien l'aboutissement de sa requête, c'était déjà une victoire pour lui.

Enfin, la Duchesse prit la parole. Le charisme impressionnait Estei, lui rappelait qu'elle avait droit de vie ou de mort sur lui. Certes, l'intention de la châtelaine n'était peut-être pas de rappeler la puissant qu'elle pouvait déployer, mais le serf ne pouvait s'empêcher d'y penser. Ainsi, lorsque la première question parvint aux oreilles d'Estei, il répondit aussitôt.


Votre Altesse, je suis effectivement né sur ces terres, tout comme les quatre générations précédentes de ma famille. Je connais la campagne environnante comme ma poche. Oui, j'ai passé mon enfance dans les prairies vertes, les bois humides et au bord des lacs tranquilles. Auxerre est ma maison, le Duché est mon pays.

Le silence se faisant à nouveau, Estei avait déjà assimilé sa première leçon auprès de la Duchesse: ne jamais prendre la parole sans qu'on ne l'y invite. Enfin, une nouvelle question fût posée. Le paysan commençait à prendre de l'assurance, voyant que la Duchesse s'intéressait vraiment à lui.

Alors il repensa aux premiers propos qu'il avait tenus à Ingeburge: « Certes, je n'ai que peu de connaissances ».
Savoir lire et écrire était un privilège réservé à la Haute Société et quelques individus gravitant autour de ce cercle fermé. Ce cercle fermé, l'arrière grand-mère du paysan en avait fait partie. En effet, elle était, en son époque, Dame de compagnie dans ce même château. Elle avait bénéficié de ce savoir précieux, toute femme de confiance qu'elle était en ce lieu. Le précieux trésor qui permettait de transmettre l'Histoire, Ghislaine le possédait. En son temps, l'aïeule avait très bien compris que savoir lire et écrire était une chance incroyable. Depuis, elle avait passé la main et il était devenu tradition de restituer ce savoir aux générations futures. Ainsi, oui, Estei maîtrisait les chiffres et les lettres depuis tout petit, et lors de sa présentation, il avait omis que cette capacité était loin d'être une évidence pour tous. Le paysan compris alors qu'il disposait d'un atout non négligeable, et répondit à la Duchesse.


Votre Altesse, j'ai en effet reçu de l'instruction. Je sais lire écrire, compter, je maîtrise parfaitement ces outils. C'est une longue histoire, mais je suis un peu l'exception qui confirme la règle. Il est vrai que ces compétences pourraient être mises à votre service!

Bon, l'argumentation, il savait la faire. Mais auprès de la Duchesse, Estei n'osait pas réellement s'avancer dans ses propos. Ainsi, il décida d'arrêter là sa réponse et laisser le libre loisir à sa Grâce pour en juger par elle-même.

Estei

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 10/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Audience d'Estei

Message par Ingeburge le Dim 5 Juin 2011 - 14:34

Oui, l'intérêt de la duchesse d'Auxerre avait été fortement aiguillonné et si jusqu'à l'arrivée d'Estei en l'Aula Magna, elle s'était sentie d'humeur chagrine, voyant son temps de repos écourté et son bain repoussé, elle était à présent dans de toutes autres dispositions. Bâtir une maison honorable, faire d'Auxerre un domaine prospère après l'endormissement que celui-ci avait connu, pourvoir les charges vacantes, faire progresser la réputation du duché avaient été autant d'objectifs embrassés par la Prinzessin dès lors qu'elle était entrée en possession du fief auxerrois et ce d'autant plus qu'elle n'en aurait pas le loisir pour ces autres terres tant que le Saint-Empire se bornerait à tolérer la situation provençale et que c'était désormais en Bourgogne qu'elle résiderait. Elle avait donc jeté toutes ses forces, toutes ses idées dans la réalisation de ses projets et recevoir quelqu'un qui était prêt à se mettre à son service pour participer à cette excitante et lourde aventure ne pouvait qu'éveiller son attention. Il était visible qu'elle était intéressée, les traits de son visage adamantin se détendant et son attitude devenant moins glacée, et ce que continuait à lui apprendre Estei contribuait à ce qu'elle continuât à se dégeler. Son visiteur, lui, prenait manifestement confiance après ses hésitations et ses balbutiements du début et cela permettrait à la duchesse d'aller au fond des choses avec lui sans qu'il fût besoin de le pousser dans ses retranchements.

Quand Estei eut fini de parler, elle déclara :

— Je ne vous cacherai pas que votre connaissance du domaine auxerrois est un point qui m'importe beaucoup. Certes, toutes les personnes nés ici ou dans la région peuvent se vanter d'une telle connaissance mais nombreux sont ceux qui ne savent pas en tirer profit. Et puis, l'instruction que vous avez reçue est un avantage indéniable. S'il m'est facile de trouver du monde pour occuper des charges ne requérant pas de savoir écrire et lire, les charges demandant plus de qualifications demandent plus de temps pour être pourvues.

Une idée avait germé dans la tête d'Ingeburge, une idée en rapport avec une question qui lui était une véritable épine dans le pied et si elle savait que dans son entourage certains montreraient de la réprobation, elle trouverait bien le moyen de concilier les exigences de ces personnes et son désir de donner sa chance à Estei. Afin d'être sûre d'emprunter la bonne voie, elle demanda encore :
— Quels emplois avez-vous déjà occupés? Et quels sont ceux que vous vous proposeriez d'occuper ici? Avez-vous des domaines de prédilection précis, des envies particulières?

_________________
« Aultre n'aurai. »
avatar
Ingeburge
Die Verdammte Schneekönigin
Die Verdammte Schneekönigin

Nombre de messages : 15329
Age : 100
Localisation : Bourgogne, ma mignonne!
Date d'inscription : 23/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Audience d'Estei

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum